La transformation digitale dans le secteur industriel en Europe s'oriente de plus en plus vers le digital twin, car cette technique intègre toutes les phases du cycle de vie d'un produit, rendant ainsi possible l'usine digitale du futur. Cela commence par les phases de recherche et développement, grâce à la possibilité de simuler le comportement et les avantages du produit sur le terrain, ainsi que le processus de production lui-même. En production, par exemple, les caractéristiques spécifiques des lots de petite taille peuvent être documentées en détail grâce au digital twin, ce qui permet aux fabricants de savoir précisément et à chaque instant quels produits sont fabriqués, quand, où et pour quel client. Le concept de digital twin devient particulièrement intéressant après la livraison des produits « physiques ». Cette méthode permet en effet de mettre en œuvre de nouveaux services de réalité augmentée (RA) et de réalité virtuelle (RV), par exemple pour permettre à du personnel non qualifié d'effectuer des opérations de maintenance et de réparation.
WorkFusion est la principale plate-forme d’informatique de masse en tant que service. WorkFusion transforme le travail des connaissances en utilisant l’apprentissage automatique pour intégrer et gérer les outils d’automatisation, les collaborateurs externalisés et les employés (ACE) sur les flux de travail Web. Au fil du temps, l’apprentissage automatique de WorkFusion automatise des tâches plus répétitives, libérant ainsi les travailleurs humains pour qu’ils se concentrent sur un travail de plus grande valeur. WorkFusion aide les entreprises clientes à augmenter l’échelle de leurs effectifs, leur élasticité, leur productivité et leur efficacité et à réduire l’obstacle à l’innovation.
Important Néanmoins, beaucoup de tests relativement basiques doivent être réalisés très régulièrement durant le cycle de vie d'un logiciel, ce qui rend leur exécution manuelle fastidieuse pour un ROI faible. D'autre part, dans certains contextes (projets web notamment), les tests doivent être réalisés sur différentes plateformes, différents navigateurs de différentes versions, etc.
Il consiste à disposer d’un serveur « hub » qui répertorie les serveurs “node” disponibles pour l’exécution de tests, réceptionne les scripts de test de l’utilisateur, pour ensuite les transmettre et les faire exécuter – de façon transparente pour l’utilisateur – sur les serveurs “node”, en fonction de leurs caractéristiques propre (type et version du navigateur, OS, etc) et de leur disponibilité.
Les outils d’automatisation de test ont des fonctions variées. Les tests unitaires automatisés sont des vérifications codées qui valident un comportement spécifique dans une petite section du système. Les tests d’intégration, eux, valident les comportements entre composants, et sont la plupart du temps écrits par les développeurs. Les tests fonctionnels valident une partie du fonctionnement du système, comme par exemple : « puis-je créer un nouveau contact ? » Puis-je exécuter le traitement de la paie ? » Les outils d’automatisation de test supportent par ailleurs performance, charge, sécurité, accessibilité, supervision de la production, ainsi que d’autres tests.

Grâce à Docker, il est possible de mettre en place des environnements isolés les uns des autres sur une même machine. Ce principe est similaire à celui d’une machine virtuelle, mais là ou une machine virtuelle isole tout un système d’exploitation, Docker, lui, permet de partager les ressources du système hôte, le kernel interagissant ainsi avec les différents environnements de Docker.
×